Un tempérament…

Capture d'écran 2014-10-08 21.28.20

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Une fois sa fesse recousue, la Joconde alors mauvaise ! qu’on pouvait plus du tout la tenir… Tout au fin bout de la salle commune on l’entendait encore beugler des imprécations affreuses contre l’Angèle sa grande vipère, qu’elle voulait tout de suite l’abolir, retourner là-bas la mettre en compote une bonne fois pour toutes. Heureusement qu’elle en pouvait rien ! qu’elle tenait toute raide dans son lit, empaquetée du cou aux talons… dans les bandages, les hydrophiles… Fallait pas qu’elle remue.
Elle empoisonnait l’iodoforme, elle écoeurait toute la carrée encore plus d’odeur que de ses cris ! Jamais une seconde de silence. Les infirmières pas bégueules, lui répliquaient du tac au tac, lui tenaient tête au dernier mot… Ca faisait des horribles séances… Toujours pensant à cette Angèle, cette bourrique finie, elle en bouillait sur sa litière… « Pétasse ! Pétasse ! qu’elle l’appelait comme ça rumineuse, que ça assassine oune artiste !… la jalousie de cette catin !… Morue !… Oh ! malheur… »

Louis Ferdinand Céline, Guignol’s Band
Illustration : Guignol’s Band, Robert Malaval (copie d’écran)

Advertisements
2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :