Ante mis ojos (*) …

la-marquise-casati-man-ray-1922

« Amantito, amantito
amante, amante,
las pestañas me estorban
para mirarte.

Petit amant, petit amant,
mon amant, mon amant,
les cils me gênent
pour te regarder.

(…)

Los ojitos de mi cara,
¿quién me los quiere comprar?
los vendo por traicioneros,
porque publican mi mal.

Les yeux de mon visage,
qui veut les acheter ?
je les vends comme traîtres,
car ils publient mon mal.

(…)

A la mar fueron mi ojos
por agua para llorar,
y se volvieron sin ella,
porque estabo seco el mar.

A la mer s’en furent mes yeux
en quête d’eau pour pleurer,
s’en revinrent sans elle
car la mer était sèche. »

In Coplas, poèmes de l’amour andalou, traduction Guy Lévis Mano, Editions Allia

(*) Ante mis ojos : sous mes yeux


Illustration : la marquise Casati, Man Ray, 1922, trouvée ici

Advertisements
6 commentaires
  1. Man Ray a toujours été sensible aux rayons oculaires (ses rayographes en firent aussi l’expérience).

  2. Kajan a dit:

    voilà une histoire qui semble coûter les yeux de la tête … et si l’amer n’a plus d’eau même le jour de sa fête…

    • L’amer n’a plus d’os mais la mère a eu du vin le jour de sa fête…

      • Kajan a dit:

        osons la mer … bientôt ! une vache nous attend …

  3. la marquise Casati… Une Nina Hagen d’avant l’heure ?

    • Il y en a eu bien d’autres de Nina Hagen, avant Nina Hagen !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :