A un ami

Si tu es d’humeur péripatéticienne, nous pourrions divaguer le long des bords de la Garonne, toi parlant de Nietzsche et de poésie, de Virgile et de Montaigne, de morale et d’esprit, de politique et de musique. Moi, je t’écouterais.

Mais s’il fait trop chaud pour ça, tu seras peut être d’humeur mécanicienne : alors, en voiture, je pourrais te conduire à travers les vignobles à la recherche des beautés architecturales cachées entre deux chais ou nichées dans les édifices religieux.

Et si les températures continuent  à grimper et que tu deviens d’humeur platonicienne ? Ne restera qu’à prendre pour des caverne les grottes – de Lascaux ou d’ailleurs -, évoquer leurs trésors et rêver ensemble avec Werner Herzog.

Publicités
2 commentaires
  1. Kajan a dit:

    un profil sur mite hic ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :