La femme et les livres

Syrischer_Maler_von_1354_001

« Considérons seulement avec calme ce que les uns et les autres avons été amenés à subir indifféremment au nom de Dieu, de la Nature, de l’Homme, de l’Histoire. Il semble que ce ne soit pas suffisant puisque tout recommence aujourd’hui sous l’étendard de la Femme. Les spécialistes en matière de coercition ne s’y trompent pas, multipliant avec un zèle subit les organismes nationaux et internationaux consacrés à la condition féminine, sans pour autant que la législation change réellement. Ils ne sauraient d’ailleurs beaucoup se fourvoyer depuis qu’Aragon, chantre de la répression depuis près d’un demi-siècle, a annoncé que « la femme est l’avenir de l’homme ». J’ai les plus grands doutes sur cet avenir quand il peut lui arriver de prendre les traits d’Elsa Triolet. »
(Annie Le Brun, Lâchez tout, Le Sagittaire, 1977)

La femme est l’avenir de l’homme beaucoup plus sûrement que ne l’a dit le poète. Les livres auront disparu depuis longtemps qu’elle existera encore. C’est malheureux pour tout le monde. »

Alain Bonnand, Le testament syrien


Illustration : Enluminure (1354) extraite du Panchatranta, à découvrir sur Academic

Advertisements
4 commentaires
  1. Annie Lebrun, spécialiste de Sade et surréaliste de la grande époque, ne s’en laisse pas conter…

  2. Aussi longtemps que des penseurs(euses) parlent de la « condition féminine) comme on parlait des premières girafes exhibées dans les anciens zoos, la moitié de l’humanité n’existera encore que pour servir l’autre. Le jour où il n’y aura plus rien à en dire sera le premier jour de la vie de cette humanité.

  3. Les morts sont sans défense

    Elsa Triolet a épousé son siècle et a été la muse qui a permis à Aragon d’écrire parmi le plus beaux poèmes de la langue française. De quel poète Annie Lebrun a-t-elle été la muse ?

    « Quand côte à côte nous serons enfin des gisants, l’alliance de nos livres nous unira pour le meilleur et pour le pire, dans cet avenir qui était notre rêve et notre souci majeur à toi et à moi. La mort aidant, on aurait peut-être essayé, et réussi à nous séparer plus sûrement que la guerre de notre vivant, les morts sont sans défense. Alors nos livres croisés viendront, noir sur blanc la main dans la main s’opposer à ce qu’on nous arrache l’un à l’autre » Elsa Triolet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :