P e R l e

Renfeu

« Chez Gallimard, on a fait observer [à Michel Tournier] qu’il n’y a pas de bon titre sans la lettre « r ». »(*)

Aussi a t-il abandonné l’idée de baptiser un livre Mue.
Et voilà pourquoi nous avons échappé à « Samedi ou les limbes du Pacifique » et pourquoi nous avons eu droit à « Météores » au lieu d' »Etoiles filantes« .

Il est regrettable que Monsieur Tournier, qui dit admirer Flaubert et Céline, n’ait pas davantage songé à Voyage au bout de la nuit ou à La tentation de Saint Antoine avant d’obtempérer aux diktats de son éditeur.

Et pour le plaisir, et à la volée, quelques titres qui auraient été refusés par Gallimard :

Le petit chose,  Salammbô, Solal et MangeClous, Les contes de la bécasse, le tout récent Boussole (mais chez Actes Sud !), En attendant Godot, Fictions (traduction de Ficciones), L’acacia, L’amant, Moby Dick, Les Bucoliques, La cousine Bette, La possibilité d’une île, Tous les matins du monde, L’âge d’homme, …

(*) L’anecdote, tirée du récent ouvrage de M. Tournier chez Gallimard, Lettres parlées à son ami allemand Helmut Waller, est relatée par la Nouvelle Quinzaine Littéraire dans son numéro 1136, du 1er au 15 octobre 2015.

 

 

Advertisements
3 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :